Login  Plan du Site
La Commune 

L'Histoire des « Katzekepfle »


Gif - Retour à l'Historique
Retour à l'Historique

Lorsqu’en 1441 l’abbaye de Lucelle achète la moitié du droit de dîme de Dietwiller (l’autre moitié du droit sur cet impôt est partagée entre le Seigneur de Landser rattaché aux Habsbourg et une famille laïque de Soultz), le village n’est pas encore une paroisse «autonome » : elle n’a pas son propre prêtre et ses fidèles se rendent à Schlierbach pour assister aux offices.
L’abbaye de Lucelle ayant la prérogative importante de la desserte religieuse de la communauté, les Dietwillerois décident de lui présenter une requête, demandant qu’un prêtre soit nommé pour leur village et qu’il y ait des fonts baptismaux dans leur église. Maintes fois, l’abbaye refuse. « L’église de Dietwiller n’est qu’une chapelle annexe. »
 
Las d’essuyer des refus, Dietwiller choisit d’adopter une solution extrême : écrire au pape ! 

Le pape, Sixte IV répond en envoyant une bulle à l’évêque de Bâle. Dans sa lettre, il indique que les habitants demandent que cette chapelle, dont ils se sont imposés la construction et dont ils se sont engagés à assurer l’entretien (*), soit érigée en bénéfice ecclésiastique et ait son propre desservant. Le pape demande à l’évêque  de procéder à cette érection en bénéfice, tout en voyant les choses, au préalable, avec l'abbé de Lucelle.

Cette démarche téméraire n’aura servi à rien, car malgré l’envoi en 1482 d’une seconde bulle par le pape, l’abbé de Lucelle ne se laisse pas faire et réussit à contourner la difficulté.
Ce ne sera qu’en 1687 que Dietwiller sera desservi par un prêtre, celui de Schlierbach.

Servi à rien ? presque (**), car elle a donné aux gens de Dietwiller ce sobriquet qu’ils portent encore, du moins dans la bouche de ceux de Schlierbach : « Katzekepfle ! » interprété non pas comme « têtes de chats », mais comme « têtes d’hérétiques » ou « rebelles » (« Ketzer » en allemand signifie « hérétique »),  et, en retour, a valu à ceux de Schlierbach de la part des Dietwillerois le sobriquet de « Latiner » (papiste) ....


(*) 
En plus de payer la dîme à Lucelle, la communauté de Dietwiller avait construit cette église à ses frais et en assurait l’entretien. Tel n’était pas le cas pour les paroisses « officielles ». L’abbaye va encaisser la dîme de Dietwiller de 1441 à 1789, lui assurant en retour la sécurité, et refusera toujours de dépenser plus que ce qui est absolument indispensable.

(**)  En 1491, le terrier de Saint-Alban, à Bâle, mentionne bien que Dietwiller est maintenant une paroisse, mais jusqu’à la révolution française, c’est le prêtre de Schlierbach qui officie à Dietwiller et cela malgré les procès intentés par Dietwiller contre l’abbaye de Lucelle. C’est la communauté de Dietwiller qui en plus de la dîme, paye toutes les dépenses concernant son église !

© Mairie DIETWILLER - Le site officiel de la commune de Dietwiller.
La Commune - Vie Municipale - Vie Quotidienne - Vie Associative & Culturelle - Vie Scolaire & Périscolaire
Mentions légales